Jacques CARTIER

Publié le par Baldenberger

Jacques CARTIER
Jacques CARTIER
Jacques CARTIERJacques CARTIER

Je suis né en 1491 à Saint-Malo dans une famille aisée de marins.



La mer m’attirait et très jeune, je suis engagé comme mousse. Matelot puis maître pilote, je suis promu capitaine de navire lors d'une visite de François 1er au Mont Saint-Michel.
 


La troisième et dernière mission sera sous le commandement à Jean-François de la Roque, Seigneur de Roberval avec qui je me brouillerai par la suite. Le 23 mai 1541, je quitte St-Malo avec cinq bateaux. Entre 1541 et 1542, les premiers colons français qui devait peupler cette "Nouvelle France" apportée à la Couronne Royale, s'installèrent le long des berges du Saint Laurent.

Je regagne la France. Pour ceux restés au Canada, les maladies et les mauvaises relations avec les autochtones les obligèrent, au printemps 1543, à rentrer en France. Je me retire dans ma propriété de Limoëlou à Rothéneuf. Je meurs en 1557 d'une épidémie de peste qui ravage Saint-Malo et sa région.

Jacques CARTIERJacques CARTIERJacques CARTIER
Jacques CARTIER
Jacques CARTIER

Avec l’appui du roi, j’ effectue trois voyages vers l'Amérique du Nord entre 1534 et 1542, espérant trouver un "Passage du Nord-Ouest" pour l'Asie.


Parti de Saint-Malo le 20 Avril 1534, j’ aborde les côtes de Terre-Neuve le 10 mai. J’ explore l'estuaire d'un fleuve que je nomme le Saint Laurent puis j’aborde le Labrador. Je prends possession de cette terre au nom du roi de France et je la nomme "Canada" du mot iroquois Kanata qui signifie village.

Jacques CARTIER
Jacques CARTIER
Jacques CARTIER

De retour à Saint Malo, je demande au roi de France de former une deuxième expédition.

L'année suivante, le 16 mai 1535, j’arme une flotille de trois navires, la Grande Hermine, la Petite Hermine, et l'Emérillon, et je pars pour Terre-Neuve avec pour mission du roi de "parachever la découverte des terres occidentales".


La remontée du Saint Laurent permet d'atteindre le site de "Québec". L'exploration se poursuit en chaloupes. Un lieu baptisé "Mont-Royal" est atteint, il deviendra Montréal. L'hiver est rigoureux et les marins souffrent du scorbut. Après le dégel, je mets le cap sur la France.

Jacques CARTIER
Jacques CARTIER
Jacques CARTIER

La troisième et dernière mission sera sous le commandement à Jean-François de la Roque, Seigneur de Roberval avec qui je me brouillerai par la suite.

Le 23 mai 1541, je quitte St-Malo avec cinq bateaux.

Entre 1541 et 1542, les premiers colons français qui devait peupler cette "Nouvelle France" apportée à la Couronne Royale, s'installèrent le long des berges du Saint Laurent.

Je regagne la France. Pour ceux restés au Canada, les maladies et les mauvaises relations avec les autochtones les obligèrent, au printemps 1543, à rentrer en France.

Je me retire dans ma propriété de Limoëlou à Rothéneuf.

Je meurs en 1557 d'une épidémie de peste qui ravage Saint-Malo et sa région.

Jacques CARTIER
Jacques CARTIER

Publié dans TROMBINOSCOPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article