La gravure du timbre

Publié le par Baldenberger

La gravure en taille-douce est l’un des procédés d’impression les plus anciens, mis au point par les orfèvres florentins au 15ème siècle.

A l’aide d’un burin, l’artiste grave le dessin du timbre, en creux et à l’envers, sur un bloc d’acier doux qui deviendra le poinçon original.

A l’aide d’un burin, l’artiste grave le dessin du timbre, en creux et à l’envers, sur un bloc d’acier doux qui deviendra le poinçon original.

La gravure du timbre
La gravure du timbre
Les nuances sont interprétées par des tailles de profondeurs différentes, plus ou moins serrées, parallèles ou croisées, ou par des points plus ou moins espacés. Ces creux ou « tailles » sont destinés à retenir l’encre.

Les nuances sont interprétées par des tailles de profondeurs différentes, plus ou moins serrées, parallèles ou croisées, ou par des points plus ou moins espacés. Ces creux ou « tailles » sont destinés à retenir l’encre.

Pour imprimer le dessin, le poinçon est enduit d'encre, le surplus est essuyé à la tarlatane, au papier de soie et enfin avec la paume de la main, préalablement enduite d'un peu de blanc d'Espagne. Il ne reste de l'encre que dans les tailles. Une feuille humidifiée est appliquée sur le poinçon puis pressée avec une presse à taille-douce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article