Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le piment d'Espelette

Publié le par Baldenberger

Le Piment d'Espelette est équivalent en intensité au poivre traditionnel, à la différence près qu'il est chaleureusement piquant et puissament aromatique

Le Piment d'Espelette est équivalent en intensité au poivre traditionnel, à la différence près qu'il est chaleureusement piquant et puissament aromatique

Venu du Mexique au 17ème siècle, le piment d’Espelette a trouvé au Pays Basque un climat et un terroir adaptés à sa culture où il n’a pas tardé à remplacer le poivre, bien plus cher à l’époque. Le piment d'Espelette est une variété de piment cultivé dans la petite commune d'Espelette et dans une dizaine de villages du Pays Basque. Il mesure entre 10 et 15 cm de long et est plutôt étroit. Le piment d’Espelette aime les sols riches et humifères, ainsi que les expositions chaudes et ensoleillées. On le plante en pleine terre après les dernières gelées, lorsque les températures sont suffisamment élevées, c’est-à-dire à la fin du mois de mai.

Le piment d'Espelette

Le séchage naturel qui favorise la maturation du Piment d'Espelette et développe son arôme s’effectue sur des clayettes mais aussi sur les façades des maisons. À partir du mois de septembre, les guirlandes de piments rouge sang envahissent les façades et balcons du village d'Espelette.

Le piment d'Espelette
Le piment d'Espelette
Partager cet article
Repost0

Le béret basque

Publié le par Baldenberger

Le béret basque
Le béret basque

A l'origine, le béret est une sorte de pèlerine couvrant la tête et les épaules des soldats romains qui occupent la vallée d'Aspe, en Béarn.
Les romains partis, l'idée est conservée par les habitants mais adaptée aux ressources locales et simplifiée pour ne conserver que le couvre-chef.
Les bergers béarnais des vallées d'Aspe et d'Ossau se sont donc mis à tricoter des bérets, pour eux puis pour leurs voisins Basques, Gascons et Landais.
Les basques constatent les étonnantes qualités de la laine de leurs brebis, une fois foulée par l'usage et les intempéries. Ceci lui confère une douceur et une résistance incomparables.
Ce sont les marins Basques qui se sont chargés de la diffusion de notre héros vers l'Espagne bien sûr, puis vers l'Amérique.

Napoléon III, grand amateur de cette région de France,vient séjourner à Biarritz pour surveiller la construction du palais qu'il fait construire pour son épouse l'impératrice Eugénie. N'y voyant que des têtes coiffées du béret,  l'empereur pense que les Basques en sont les inventeurs et les fabricants. "Béret Basque " tombe tout naturellement de ses lèvres. Les chroniqueurs des gazettes de l'époque n'osant pas relever l'impériale bourde, cette appellation tombe dans le langage courant.

Dans chaque province du Pays Basque, le diamètre extérieur est appelé plateau. Cette mesure, variable et exprimée en pouces, donne à chaque province son identité.

Au fil du temps et des conflits, le béret est adopté par différentes nations et corps d'armées : parachutistes, tankistes, aviateurs, légionnaires, etc.
Le béret s'est aussi posé sur des têtes sportives.

 

https://chapellerieapreslapluie.com/content/10-histoire-du-beret-basque

Le béret basque
Le béret basque

Publié dans patrimoine

Partager cet article
Repost0

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"

Publié le par Baldenberger

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"

Artouste

Le Train d’Artouste, le plus haut d’Europe, (2000 m d’altitude),  offre la possibilité originale et unique d’accéder aux merveilles de la nature en montagne, de découvrir le lac d’Artouste, d’un bleu azur ou d’aller à la rencontre du pastoralisme.

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"

Biarritz

Biarritz était un village de pêcheurs qui vivait de la chasse à la baleine , ses terres étaient vouées à l’agriculture avec de nombreuses fermes. La ville a été marquée à jamais par le passage du couple impérial, Eugénie et Napoléon III.

 

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"

Situé sur la pointe Saint-Martin, à 75 mètres d'altitude, le phare présente une hauteur de 47 mètres. L'optique actuelle, constituée de lentilles de Fresnel et d' anneaux catadioptriques est installée en 1904.

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"

Hendaye

Ces 2 roches, appelés "Les Deux Jumeaux", sont situés au but de la longue plage d' Hendaye. Selon la légende, elles furent lancées par Roland, le preux chevalier de Charlemagne, depuis le mont "Peñas de Aia" pour détruire la ville de Bayonne, mais il dérapa, le rocher tomba à l' eau en se cassant en deux.

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"

Oloron Sainte-Marie

Oloron est une ancienne commune française du département des Pyrénées-Atlantiques. Le 18 mai 1858, la commune fusionne avec Sainte-Marie-Legugnon pour former la nouvelle commune d' Oloron-Sainte-Marie. La petite ville d'Oloron-Sainte-Marie, située à l'entrée des vallées béarnaises d'Aspe et d'Ossau, dispose d'un patrimoine bâti remarquable. En témoigne la cathédrale Sainte-Marie, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, et son magnifique portail roman sculpté datant du XII e.

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"

Pau

Le château de Pau, monument historique devenu Musée national à la fin des années 1920, abrite des collections aussi riches que diverses : peintures, sculptures, dessins, estampes, porcelaines, tapisseries, mobilier, etc. Le décor intérieur du monument, demeure royale entièrement réaménagée sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), témoigne d'un véritable programme artistique contribuant à l'affirmation d'une légitimité politique. Objets et œuvres d'art, régulièrement acquis pour les collections depuis le début du XXe siècle, évoquent l'histoire politique, religieuse et artistique du règne du premier des Bourbons, Henri IV, et de l'importance de son souvenir et de ses représentations.

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"

Pic du Midi d'Ossau

Le pic du Midi d'Ossau est une montagne culminant à 2 884 mètres et située dans l'ouest des Pyrénées françaises, dans la partie béarnaise du département des Pyrénées-Atlantiques. Il est le sommet emblématique de la vallée d'Ossau.

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"

Saint Jean Pied de Port

Saint-Jean-Pied-de-Port est une étape majeure du pèlerinage vers Compostelle, la dernière étape avant la traversée des Pyrénées menant à Roncevaux.

Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Les PYRENEES ATLANTIQUES "timbrées"
Partager cet article
Repost0

Le Béarn

Publié le par Baldenberger

Le Béarn

A l’époque romaine, le pays de Venarni (nom du peuple qui vivait autour de la ville de Benearnum, aujourd’hui Lescar) était un petit territoire qui regroupait les villes de Lescar et Morlaàs, le territoire du Soubestre et du Vic-Bilh. Au milieu du 11e siècle, les vicomtes étendent ce territoire aux régions d’Oloron, de Montaner, puis d’Orthez. En deux siècles (11e et 12e siècles), le Béarn devient un pays important. Les villes détruites par les Vikings (Lescar, Oloron) sont reconstruites mais la population reste peu nombreuse. Des moines s’installent dans des forêts et créent ainsi de nouveaux villages, et au 12e siècle, des nobles construisent des villages autour de leurs châteaux, comme à Pau.
Très vite, le Béarn devient une vicomté, possédant sa monnaie, ses propres lois, les Fors et son blason composé de deux vaches.

Le Béarn
Le Béarn
Le Béarn

Gaston Fébus, va régner sur le Béarn et le pays de Foix de 1343 à 1391. Il est comte de Foix, vicomte de Béarn,  seigneur féodal de la Gascogne et du Languedoc, de même qu' écrivain de langue française avec son célèbre ouvrage, le Livre de chasse, un manuscrit illustré sur la vénerie, et un auteur de poésies en langue d'oc. Il proclame l’indépendance du Béarn en 1347 et assure alors sa neutralité durant la guerre de 100 ans. Au 14e siècle, l’état de Béarn sera un des seuls d’Europe à ne pas connaitre la guerre, la famine ou la peste. Gaston Fébus renforce le système administratif créé par son arrière-grand-père Gaston VII Moncade. Il va faire restaurer de nombreux châteaux (Orthez, Bellocq, Sauveterre, Pontacq, Lembeye), en construire de nouveaux (Pau, Morlanne, Montaner), fortifier des villages et créer également des bastides.

 
Le Béarn

Depuis la fin du Moyen Âge, ce territoire faisait partie du royaume de Navarre, petit État de la face nord des Pyrénées. En 1548, la reine de Navarre, Jeanne d’Albret, épouse Antoine de Bourbon, descendant de Saint Louis et cousin des rois de France. Leur fils règne, en Navarre, sous le nom d’Henri III à partir de 1572 et, en France, sous celui d’Henri IV à partir de 1589. Mais le Béarn reste un État indépendant, avec ses institutions propres, les « États de Béarn », qui agissent au niveau politique, financier, administratif et législatif. À partir de ce moment-là, le roi de France est aussi roi de Navarre.

Le Béarn
Le Béarn
Le Béarn

De 1555 à 1572, Jeanne d’Albret, mère du futur Henri IV, règne sur la Navarre et le Béarn. Beaucoup de chrétiens deviennent des Réformés (aussi appelés Protestants). Elle créé en 1771 les Grandes Ordonnances Ecclésiastiques interdisant la religion catholique et confisquant les biens du Clergé. A sa mort, son fils Henri lui succède, et deviendra par la suite Henri IV de France. Il reste le personnage historique béarnais le plus connu. Il fut le premier des Bourbons à accéder au trône. En pleine guerre des religions, il changea plusieurs fois de religion, passant du protestantisme au catholicisme. Le château de Pau continue de perpétuer son histoire.
Longtemps restée indépendante, la vicomté de Béarn perd sa souveraineté en 1620 sous Louis XIII (fils d’Henri IV).

Le Béarn

La situation va changer en 1620, sous le règne de Louis XIII. Les guerres de religion ont été très violentes en Béarn et le parti protestant est important. Lorsque le roi veut imposer partout le catholicisme, cela provoque des tensions. Pour contraindre les États de Béarn à appliquer cette décision, Louis XIII ordonne le rattachement du Béarn à la France, le 20 octobre 1620. Les États de Béarn deviennent le parlement de Navarre et conservent leurs attributions. Les coutumes du Béarn et ses privilèges sont maintenus et les Béarnais acceptent l’union avec la France sans protester.

Cette situation durera jusqu’à la Révolution française. En 1789, les États de Béarn sont dissous. C’est la fin du particularisme béarnais. L’année suivante, le Béarn est associé au Pays basque français pour former le département des Basses-Pyrénées (aujourd’hui les Pyrénées-Atlantiques).

Partager cet article
Repost0

La pelote basque

Publié le par Baldenberger

La pelote basque

La pelote dite « Basque » a pour origine le jeu de paume, joué en Europe pendant des siècles, la longue paume à l’extérieur, la courte paume en salle (ou tripot).

Les jeux de paume étaient pratiqués dans toutes les catégories sociales, y compris par la noblesse, et même les rois. On parle de la paume sous Charles V, Louis XI... Une gravure montre Charles IX à l’âge de deux ans tenant une raquette. Henri IV, Philippe II d’Espagne et ses frères, jouaient à la paume.

On jouait face à face, les équipes séparées par un filet, en se renvoyant une balle « esteuf », remplie de laine et couverte de cuir, avec des gants de cuir, ou de petites raquettes étroites en cordes ou en boyaux. Les villageois, qui ne pouvaient s’offrir ces instruments, jouaient main nue, d’où l’expression « jeu de main, jeu de vilain ».

La décadence commence avec Louis XIV, qui préfère le billard, imité très vite par les courtisans. D’autre part les tripots, où l’on boit et on parie, ont mauvaise réputation. La Paume disparaît presque complètement après la Révolution, et ne subsiste qu’au Pays Basque français et espagnol.

La pelote basque
La pelote basque
La pelote basque
La pelote basque
La pelote basque
La pelote basque
La pelote basque
La pelote basque
La pelote basque

Actuellement, deux jeux directs, où les équipes se font face, sont issus de la paume : le rebot vient de la longue paume, la pasaka de la courte paume. Tous les autres sont indirects et se jouent contre un fronton, à l’extérieur ou en salle (le trinquet ou le mur à gauche).

Au cours du XIX ème siècle le jeu va se diversifier. En 1857 un garçon de Saint Pée Sur Nivelle, Jean Dithurbide, fabrique une sorte de gant avec des brins d’osier (à l’origine un vieux panier coupé en forme de gouttière), qui deviendra la* chistera (ou xistera). On dit aussi (est-ce une légende ?) que la pala aurait pour origine un jeune berger à la main fragile qui a imaginé de renvoyer la balle avec une palette (os de l’omoplate) de brebis...

Avec quatre terrains différents : place libre, mur à gauche court (36 mètres), mur à gauche long (55 mètres), trinquet, des pelotes de cuir ou de gomme, et onze instruments : main nue, chistera (de grand chistera ou cesta punta, de joko garbi, de remonte), gant de pasaka, Xare (ou raquette argentine), pala (pala corta, pala larga, paleta cuir, paleta gomme (avec balle pleine ou espagnole, balle creuse ou baline), et raquette de frontenis, on compte 21 spécialités de pelote.

La pelote basque
La pelote basque

Le Fronton Place Libre. C'est historiquement la première surface de jeu qui est apparue puisqu'il existe encore des vestiges des "soropila" sur lesquels les parties de longue paume étaient disputées probablement dès le XIème siècle.

Composé d'un seul mur (mur de frappe) et du sol en dur ou en terre battue, le fronton place libre est l'installation qui accueille les Championnats d'été, et en particulier les spécialités nationales telles que le Joko Garbi et le Rebot.

La pelote basque
La pelote basque
La pelote basque
Partager cet article
Repost0

Les LANDES "timbrées"

Publié le par Baldenberger

Les LANDES "timbrées"

Aire sur l'Adour

 

Aire-sur-l'Adour fut celte, romaine, wisigothe, cité épiscopale... La ville se développa au Moyen Âge grâce à son fleuve et sa situation sur le chemin de St Jacques de Compostelle.

Les LANDES "timbrées"
Les LANDES "timbrées"

Cap Breton

Les plages de Capbreton sont en sable fin et s’étendent sur toute la longueur de la station balnéaire.

Le pêcheur de sable : le timbre reproduit une photographie d'un photographe amateur de Montauban, René Daynes, prise en 1947 sur la plage de Capbreton.  La photographie saisit  remarquablement l'effort commun de l'homme et de l'animal

Les LANDES "timbrées"

Dax

Autrefois foires agricoles et artisanales les fêtes de Dax étaient l’occasion pour les producteurs locaux de présenter leurs produits tout en célébrant de façon festive la culture gasconne et landaise. Dans la première moitié du XXème Siècle, les fêtes sont devenues la Feria de Dax, organisée tous les ans à la mi-août, durant cinq jours.
Inspirée par les fêtes de Pampelune en Espagne, la Feria de Dax invite ses festivaliers à se vêtir de blanc, avec une ceinture et un foulard rouge.

Les LANDES "timbrées"
Les LANDES "timbrées"
Les LANDES "timbrées"

Hossegor

Le lac marin d'Hossegor est un lac où l'eau de mer entre et sort avec les marées. Le canal d'Hossegor le relie à la passe du Boucarot qui se jette dans l' océan Atlantique .

Les LANDES "timbrées"
Les LANDES "timbrées"

Saint Sever

Saint-Sever, ancienne ville médiévale, doit sa réputation à sa majestueuse abbatiale, MH, fondée à la fin du Xe siècle et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco au titre des chemins de St-Jacques de Compostelle.Son originalité réside dans son plan à sept absides échelonnées

Les LANDES "timbrées"
Les LANDES "timbrées"

Mont de Marsan

Fondée au Moyen Âge autour de ses trois rivières sur la voie de Vézelay du chemin de Compostelle, Mont-de-Marsan était la principale ville fortifiée des Landes.

Les LANDES "timbrées"
Les LANDES "timbrées"

Les bergers landais

 

Les échassiers landais étaient principalement les bergers, seuls à être « tchanqués » (équipés d’ échasses en gascon) avec les facteurs et « coureurs » de nouvelles. L’usage des échasses remonterait au XVIIIe siècle et prend fin au XIXe siècle, avec la disparition du système agro-pastoral, dont elles sont le symbole.

Les LANDES "timbrées"
Les LANDES "timbrées"
Partager cet article
Repost0

La GIRONDE "timbrée"

Publié le par Baldenberger

La GIRONDE "timbrée"

Arcachon

Née le 2 mai 1857 par le décret impérial de Napoléon III, Arcachon devient très vite une destination de villégiature synonyme de bien-être. Sa notoriété n’a de cesse de se développer.

La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"

Pyla sur Mer

Pyla-sur-Mer est une station balnéaire française de l' Atlantique, à l'entrée du bassin d'Arcachon. Située sur le territoire de La Teste-de-Buch, la station s'étend de l'entrée du bassin d'Arcachon, ville dont elle est limitrophe, jusqu'à la dune du Pilat, célèbre pour être la plus haute d'Europe.

La GIRONDE "timbrée"

La Teste de Buch

La Teste de Buch, le joyau du Bassin d’Arcachon Très connue pour sa majestueuse Dune du Pilat, La Teste de Buch offre de nombreuses activités en toutes saisons.

La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"

Bazas

Capitale du Bazadais, ancien évêché, elle conserve une importante parure monumentale héritée en partie du Moyen Âge et symbolisée par la cathédrale Saint-Jean-Baptiste.

La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"

Blaye

La Citadelle de Blaye est une magnifique construction qui culmine sur un promontoir rocheux au dessus de la Gironde. Durant des siècles, Blaye fut un point de passage particulièrement commode pour qui venait du nord et se rendait à Bordeaux ou plus au sud, vers l'Espagne et le Portugal.

La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"

Cap FERRET

Le cap Ferret est un cap français formant un cordon littoral qui se situe à l'extrémité sud de la presqu'île de Lège-Cap-Ferret.  Il sépare l'océan Atlantique et le bassin d'Arcachon. Le phare du cap Ferret est constitué d'une tour tronconique en maçonnerie lisse blanche et partie supérieure peinte en rouge, jouxtant un bâtiment rectangulaire abritant la salle des machines, la machinerie d'ascenseur et les logements. Construit en 1840, il est détruit en 1944 sous l' Occupation. De par sa reconstruction en 1947, le Phare du Cap Ferret est forcément moins typique que d’autres plus anciens, mais la vue à 360 une fois en haut est magnifique !

La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"

Cordouan

Le phare de Cordouan est un phare situé à sept kilomètres en mer sur le plateau de Cordouan, à l'embouchure de l'estuaire de la Gironde, estuaire formé par la confluence de la Garonne et de la Dordogne, donnant dans l'océan Atlantique. Construit de la fin du XVIe au début du XVIIe siècle, de 1584 à 1611, il est le plus ancien phare de France encore en activité. Appelé parfois le « Versailles de la mer », le « phare des rois » ou encore le « roi des phares », il est le premier phare classé au titre des monuments historiques par la liste de 1862.

La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"

Saint-Emilion

Cité chargée d’Histoire perchée sur un promontoire rocheux, Saint-Emilion et son vignoble tirent leur originalité de la pierre calcaire qui a façonnée son identité.

http://philatelier.over-blog.com/2022/06/le-vignoble-bordelais.html

La GIRONDE "timbrée"
La GIRONDE "timbrée"
Partager cet article
Repost0

L'AQUITAINE se raconte en timbres-poste

Publié le par Baldenberger

L'AQUITAINE se raconte en timbres-poste
L'AQUITAINE se raconte en timbres-poste
L'AQUITAINE se raconte en timbres-poste
L'AQUITAINE se raconte en timbres-poste
Partager cet article
Repost0

Le vignoble Bordelais

Publié le par Baldenberger

Le vignoble de Bordeaux est le vignoble regroupant toutes les vignes du département de la Gironde.

Le vignoble Bordelais
Le vignoble Bordelais

Perchée sur le point culminant du Libournais, l’appellation Montagne-Saint-Émilion contemple de fabuleux paysages faits de collines et de plateaux à dominante argilo-calcaire. De Pomerol à l’ouest, à Saint-Émilion au sud, elle est entourée de prestigieux voisins aux valeurs et terroirs similaires.

Le vignoble Bordelais

À l’est de Libourne, le bourg médiéval de Saint-Émilion domine un remarquable vignoble qui “regarde” la vallée de la Dordogne. Née il y a plus de 800 ans et recréée en 1948, la Jurade entretient la mémoire des vins de Saint-Émilion et assure leur renommée à travers le monde. Trait d’union entre le passé et l’avenir, cette prestigieuse confrérie organise réceptions et cérémonies d’intronisation à travers lesquelles ses 140 jurats perpétuent les valeurs de partage, de découverte, de transmission et de tradition.

Le vignoble Bordelais
Le vignoble Bordelais
Le vignoble Bordelais

Le vignoble bordelais s'étend sur une grande partie du département de la Gironde à des altitudes comprises entre 15 et 120 m sur les coteaux et les terrasses alluviales qui bordent l'estuaire de la Gironde, les rives de la Garonne et de la Dordogne. Les vins sont produits sur pratiquement tout le département de la Gironde.

Le vignoble Bordelais
Partager cet article
Repost0

Cathédrale Saint Basil MOSCOU

Publié le par Baldenberger

Construite entre 1555 et 1561, la cathédrale  Saint-Basile-le-Bienheureux, fut érigée sur ordre du tsar Ivan le Terrible (1530-1584) suite à la victoire des troupes russes contre le Khanat de Kazan (disparu lors de la fondation de l’Empire Russe) Sa construction a commencé en 1555 et son inauguration a eu lieu en 1561. La Cathédrale Saint-Basile de Moscouest le monument emblématique de la Russie et de l’architecture russe, à l’intérieur comme à l’extérieur. Elle se situe sur la Place Rouge et sera associée à l’image de la Russie à jamais

Cathédrale Saint Basil MOSCOU
Cathédrale Saint Basil MOSCOU
Cathédrale Saint Basil MOSCOU
Cathédrale Saint Basil MOSCOU
Cathédrale Saint Basil MOSCOU
Red_Square_in_Moscow_(1801)_by_Fedor_Alekseev
Red_Square_in_Moscow_(1801)_by_Fedor_Alekseev

Red_Square_in_Moscow_(1801)_by_Fedor_Alekseev

Publié dans patrimoine

Partager cet article
Repost0