Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature

MECKI le hérisson

Publié le par Baldenberger

MECKI le hérisson

hérisson tiré d'une bande dessinée créé par Ferdinand Diehl en 1940

MECKI le hérissonMECKI le hérisson

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Le rossignol

Publié le par Baldenberger

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Monsieur, Madame

Publié le par Baldenberger

Monsieur, Madame
Monsieur, Madame
Monsieur, Madame

À l'origine appelée Monsieur Bonhomme en France, car constituée exclusivement de protagonistes masculins, cette collection a ensuite changé de nom lors de son élargissement à des personnages féminins. Destiné à un très jeune lectorat, chaque livre met en scène sur quelques pages les aventures humoristiques d'un personnage à chaque fois différent, identifié par une caractéristique particulière (Monsieur Lent, Monsieur Grand, Madame Proprette...) et dessiné dans un style très simple et vivement coloré.

La collection comporte 96 histoires (51 Monsieur, 45 Madame). Le premier né de la série est Monsieur Chatouille, un bonhomme orange avec des bras long et sinueux qui chatouille tout le monde. Roger Hargreaves l’aurait dessiné pour expliquer à son fils, Adam, à quoi ressemble une chatouille. Après la mort de Roger Hargreaves en 1988, son fils Adam continua l'œuvre de son père avec 6 nouveaux personnages.

Monsieur, MadameMonsieur, Madame
Monsieur, MadameMonsieur, Madame
Monsieur, MadameMonsieur, Madame
Monsieur, MadameMonsieur, Madame
Monsieur, MadameMonsieur, Madame

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Max et Moritz

Publié le par Baldenberger

Max et Moritz

Max und Moritz raconte l'histoire de deux garnements insupportables et espiègles qui s'amusent à terroriser leur entourage et les notables de leur village.

Absolument réfractaires à l'ordre, ils ne connaissent pas le respect.

Mais malheureusement pour eux et heureusement pour leurs proches, la vie finira par se venger puisque tous deux seront punis de leurs méfaits en finissant en nourriture pour les oies après avoir été écrasés par les roues d'un moulin.

Max et MoritzMax et Moritz
Max et MoritzMax et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz

Max und Moritz : Eine Bubengeschichte in sieben Streichen) est un livre illustré en vers de l'artiste et poète allemand Wilhelm Busch, paru pour la première fois le .

Les deux garnements qui donnent son titre à l'ouvrage inspireront en 1897 à l'auteur américain d'origine allemande Rudolph Dirks sa fameuse bande dessinée, The Katzenjammer Kids (en France, Pim Pam Poum).

Le livre de Wilhelm Busch est adapté pour l’écran une première fois en 1941 sous forme d'un court métrage d'animation, en 1956 Norbert Schultze en fait une nouvelle adaptation dont les décors peints et les couleurs chatoyantes cherchent à reproduire le plus fidèlement possible l'esthétique des illustrations du conte avec de véritables acteurs. L'histoire a été ré-interprétée en 2005 dans Max und Moritz Reloaded, une production cinématographique allemande réalisée par Thomas Frydetzki et Annette Stefan qui situent les frasques des personnages dans l’Allemagne du XXIe siècle.

Max und Moritz a également inspiré un ballet au compositeur suisse Heinrich Sutermeister.

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Le vilain petit canard

Publié le par Baldenberger

Le vilain petit canard
Le Vilain Petit Canard est un conte pour enfants écrit par Hans Christian Andersen en juillet 1842,

Le Vilain Petit Canard est un conte pour enfants écrit par Hans Christian Andersen en juillet 1842,

Une cane couve ses œufs, mais à l'éclosion, l'un d'eux, le vilain petit canard, ne ressemble pas à ses frères et sœurs de couvée. Rejeté de tous, à cause de son physique différent, il est contraint de quitter sa « famille » et de partir, loin, pour ne plus subir leurs moqueries et leurs coups. Sur son chemin, ceux qu'il rencontre ne l'acceptent pas toujours non plus. Il rencontre d'abord des jars sauvages, qui l'acceptent sans problème, mais des chasseurs arrivent. Le vilain petit canard s'enfuit alors à nouveau. Puis, il arrive dans une cabane où habite une vieille femme qui le recueille en le confondant avec une cane. Mais la vieille femme accueille aussi une poule et un chat, qui méprisent le vilain petit canard. Alors, ce dernier quitte la cabane. Il arrive cette fois dans un lac, où il est piégé par la glace. Heureusement, un paysan délivre le caneton pour le donner à sa femme. Le caneton, effrayé, se sauve et passe tout l'hiver dehors. Un jour, cependant, ébloui par la beauté des cygnes, le vilain petit canard décide d'aller vers eux et réalise, en se mirant dans l'eau, qu'il n'est plus un vilain petit canard (et qu'il n'a, en fait, jamais été un canard), mais qu'il est devenu un magnifique cygne. Enfin il finit par se faire respecter et devient plus beau que jamais.

Le vilain petit canard
Le vilain petit canard

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

La bergère et le ramoneur

Publié le par Baldenberger

La Bergère et le Ramoneur est un conte de Hans Christian Andersen publié en 1845.

La Bergère et le Ramoneur est un conte de Hans Christian Andersen publié en 1845.

La bergère et le ramoneur

Deux figurines de porcelaine (une bergère et un ramoneur) sont éprises l'une de l'autre ; mais un vieux Chinois, lui aussi de porcelaine, affirme être le grand-père de la bergère et veut marier celle-ci à un satyre surnommé le « sergent major général commandant aux pieds de bouc ». Les deux amoureux décident donc de quitter la maison où ils vivent.

Le Chinois de porcelaine se brise en essayant de les rattraper, mais la bergère, qui a peur du monde extérieur, convaint le ramoneur de faire demi-tour. Ils réparent le Chinois de porcelaine, mais l'attache qui le maintient l'empêche de redonner son accord au mariage ; le satyre en abandonne l'idée et les deux amoureux peuvent continuer à vivre ensemble.

erreur du générique : c'est un conte d'Andersen, pas de Grimm

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Kinky et Cosy

Publié le par Baldenberger

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

PETZI

Publié le par Baldenberger

PETZI
PETZI
PETZI

 

Petzi (en danois : Rasmus Klump) est une série animalière danoise de bande dessinée pour enfants créée en 1951 par Vilhelm Hansen (dessin) et sa femme Carla (scénario), et mettant en scène de manière humoristique les voyages en bateau de l'ourson Petzi et ses amis

Petzi, le petit ourson à l'éternelle salopette rouge à pois blancs est une star de la bande dessinée enfantine. Accompagné par ses amis Pingo le pingouin, L'Amiral le phoque et Riki le pélican, ils parcourent le monde et vivent d'étonnantes aventures qui se terminent généralement autour d'un bonne crêpe au chocolat.

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

L'intrépide soldat de plomb

Publié le par Baldenberger

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Le vaillant petit tailleur

Publié le par Baldenberger

Le vaillant petit tailleur
Le vaillant petit tailleur
Le vaillant petit tailleur
Le vaillant petit tailleur
Le vaillant petit tailleur

Un tailleur se prépare à manger une tartine de marmelade, mais elle attire les mouches. Le tailleur, excédé, frappe dans le tas avec une pièce d'étoffe et en tue sept d'un coup. Pour marquer cet exploit, il se fabrique une ceinture sur laquelle il brode les mots : « Sept d'un coup ». Stimulé par son haut fait, il part dans le monde, décidé à relever tous les défis. Il part avec, en poche, seulement un fromage et un oiseau.

Le tailleur rencontre un géant qui, en voyant sa ceinture, s'imagine que « Sept d'un coup » fait référence à sept hommes. Le géant décide alors de mettre le tailleur à l'épreuve. Quand le géant prend une pierre et la serre si fort qu'il en fait sortir de l'eau, le tailleur sort de sa poche le fromage, qu'il fait passer pour une pierre, et le presse de façon à le faire suinter. Le géant lance une pierre loin dans les airs, mais elle finit par retomber ; le tailleur sort de sa poche l'oiseau, qu'il fait passer pour une pierre, le lance, et il ne retombe jamais. Le géant défie ensuite le tailleur de l'aider à transporter un arbre. Le tailleur s'arrange pour devoir porter les branches tandis que le géant portera le tronc mais, en fait, au lieu de porter les branches, il monte sur l'arbre, de sorte que le géant porte non seulement l'arbre mais également le tailleur. Le petit homme réussit enfin à faire croire au géant qu'il peut sauter par-dessus un arbre, ce que le géant tente de faire, mais sans y parvenir.

Le géant emmène ensuite le tailleur dans son antre, où vivent aussi d'autres géants. Vers minuit, le géant essaye de tuer le petit homme en abattant une barre de fer sur son lit, mais le tailleur, trouvant son lit trop grand, a préféré dormir blotti dans un coin de la chambre. Le lendemain, en voyant le tailleur toujours en vie, les autres géants, effrayés, prennent la fuite.

Le récit des exploits du tailleur parvient aux oreilles du roi, qui l'engage à son service. Cependant, les autres soldats craignent que le tailleur ne perde un jour son sang-froid et qu'il fasse alors périr sept d'entre eux à chaque coup. Ils disent au roi qu'ils partiront si le tailleur reste. De peur que le petit homme ne le tue s'il le démet de ses fonctions, le roi l'envoie défier d'autres géants en lui promettant, s'il réussit, de lui offrir la moitié de son royaume et la main de sa fille. Le tailleur trouve deux géants endormis au pied d'un arbre, monte sur l'arbre et laisse tomber des pierres sur eux. Chacun d'eux croit que c'est l'autre qui l'agace. Ils se battent et finissent par s'entretuer. Le roi envoie le tailleur capturer une licorne. Le tailleur en trouve une, se met devant un arbre et incite la créature à le charger. Au dernier moment, il fait un pas de côté, et la licorne plante sa corne dans l'arbre et reste coincée. Le roi envoie ensuite le tailleur capturer un sanglier, mais le tailleur réussit à enfermer l'animal dans une chapelle.

Le roi est finalement bien obligé de donner la moitié de son royaume au tailleur, lequel peut aussi épouser la fille du roi. Tandis qu'elle est au lit avec son mari, la fille du roi l'entend parler dans son sommeil et comprend qu'il n'est qu'un simple tailleur. Le roi décide d'envoyer des hommes capturer son gendre tandis qu'il dort, pour l'embarquer sur un navire. Prévenu du complot par son écuyer fidèle, et alors que les serviteurs du roi sont près de sa chambre, le tailleur fait semblant de dormir et de parler dans son sommeil, et il dit que c'est bien lui qui a réalisé tous ces exploits et qu'il n'a pas peur des hommes cachés derrière la porte. Les serviteurs, terrifiés, s'enfuient, et plus jamais par la suite le petit tailleur, devenu roi, ne sera ennuyé.

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>