Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

patrimoine

Le rossignol

Publié le par Baldenberger

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

La tresse de Pâques (POMLAZKA)

Publié le par Baldenberger

La tresse de Pâques (POMLAZKA)

Le Lundi de Pâques est le jour auquel ne s’attache plus aucune fête chrétienne particulière. Il est plutôt réservé à des coutumes populaires.

En république tchèque, c’est un jour de joie et de divertissement pendant lequel les garçons s’en vont fouetter les filles avec des baguettes, leur garantissant ainsi la santé et la joie pour toute l’année.

La baguette, ce sont, au fait, de jeunes brins d’osier tressés, décorés de rubans.
La baguette, ce sont, au fait, de jeunes brins d’osier tressés, décorés de rubans.La baguette, ce sont, au fait, de jeunes brins d’osier tressés, décorés de rubans.

La baguette, ce sont, au fait, de jeunes brins d’osier tressés, décorés de rubans.

En retour, les garçons reçoivent des filles des œufs peints, appelés kraslice. Les ornements varient d’une région à l’autre.En retour, les garçons reçoivent des filles des œufs peints, appelés kraslice. Les ornements varient d’une région à l’autre.

En retour, les garçons reçoivent des filles des œufs peints, appelés kraslice. Les ornements varient d’une région à l’autre.

La tresse de Pâques (POMLAZKA)
La tresse de Pâques (POMLAZKA)
La tresse de Pâques (POMLAZKA)
La tresse de Pâques (POMLAZKA)
Partager cet article
Repost0

Monsieur, Madame

Publié le par Baldenberger

Monsieur, Madame
Monsieur, Madame
Monsieur, Madame

À l'origine appelée Monsieur Bonhomme en France, car constituée exclusivement de protagonistes masculins, cette collection a ensuite changé de nom lors de son élargissement à des personnages féminins. Destiné à un très jeune lectorat, chaque livre met en scène sur quelques pages les aventures humoristiques d'un personnage à chaque fois différent, identifié par une caractéristique particulière (Monsieur Lent, Monsieur Grand, Madame Proprette...) et dessiné dans un style très simple et vivement coloré.

La collection comporte 96 histoires (51 Monsieur, 45 Madame). Le premier né de la série est Monsieur Chatouille, un bonhomme orange avec des bras long et sinueux qui chatouille tout le monde. Roger Hargreaves l’aurait dessiné pour expliquer à son fils, Adam, à quoi ressemble une chatouille. Après la mort de Roger Hargreaves en 1988, son fils Adam continua l'œuvre de son père avec 6 nouveaux personnages.

Monsieur, MadameMonsieur, Madame
Monsieur, MadameMonsieur, Madame
Monsieur, MadameMonsieur, Madame
Monsieur, MadameMonsieur, Madame
Monsieur, MadameMonsieur, Madame

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Max et Moritz

Publié le par Baldenberger

Max et Moritz

Max und Moritz raconte l'histoire de deux garnements insupportables et espiègles qui s'amusent à terroriser leur entourage et les notables de leur village.

Absolument réfractaires à l'ordre, ils ne connaissent pas le respect.

Mais malheureusement pour eux et heureusement pour leurs proches, la vie finira par se venger puisque tous deux seront punis de leurs méfaits en finissant en nourriture pour les oies après avoir été écrasés par les roues d'un moulin.

Max et MoritzMax et Moritz
Max et MoritzMax et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz
Max et Moritz

Max und Moritz : Eine Bubengeschichte in sieben Streichen) est un livre illustré en vers de l'artiste et poète allemand Wilhelm Busch, paru pour la première fois le .

Les deux garnements qui donnent son titre à l'ouvrage inspireront en 1897 à l'auteur américain d'origine allemande Rudolph Dirks sa fameuse bande dessinée, The Katzenjammer Kids (en France, Pim Pam Poum).

Le livre de Wilhelm Busch est adapté pour l’écran une première fois en 1941 sous forme d'un court métrage d'animation, en 1956 Norbert Schultze en fait une nouvelle adaptation dont les décors peints et les couleurs chatoyantes cherchent à reproduire le plus fidèlement possible l'esthétique des illustrations du conte avec de véritables acteurs. L'histoire a été ré-interprétée en 2005 dans Max und Moritz Reloaded, une production cinématographique allemande réalisée par Thomas Frydetzki et Annette Stefan qui situent les frasques des personnages dans l’Allemagne du XXIe siècle.

Max und Moritz a également inspiré un ballet au compositeur suisse Heinrich Sutermeister.

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Hôtel des Invalides

Publié le par Baldenberger

Édifié en 1670 à l'initiative de Louis XIV, l’Hôtel des Invalides est construit sur la plaine de Grenelle, pour accueillir 4000 invalides de guerre. La construction durera plus de cinq ans, selon les plans dessinés par l'architecte Libéral Bruant (1636-1697) . Un dôme sera ajouté en 1706 par L'architecte Jules Hardouin Mansart (1646-1708) édifia l'église des soldats et l'église du Dôme.
Édifié en 1670 à l'initiative de Louis XIV, l’Hôtel des Invalides est construit sur la plaine de Grenelle, pour accueillir 4000 invalides de guerre. La construction durera plus de cinq ans, selon les plans dessinés par l'architecte Libéral Bruant (1636-1697) . Un dôme sera ajouté en 1706 par L'architecte Jules Hardouin Mansart (1646-1708) édifia l'église des soldats et l'église du Dôme.

Édifié en 1670 à l'initiative de Louis XIV, l’Hôtel des Invalides est construit sur la plaine de Grenelle, pour accueillir 4000 invalides de guerre. La construction durera plus de cinq ans, selon les plans dessinés par l'architecte Libéral Bruant (1636-1697) . Un dôme sera ajouté en 1706 par L'architecte Jules Hardouin Mansart (1646-1708) édifia l'église des soldats et l'église du Dôme.

Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des InvalidesHôtel des InvalidesHôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides
Hôtel des Invalides

Publié dans patrimoine

Partager cet article
Repost0

Le vilain petit canard

Publié le par Baldenberger

Le vilain petit canard
Le vilain petit canard
Le Vilain Petit Canard est un conte pour enfants écrit par Hans Christian Andersen en juillet 1842,

Le Vilain Petit Canard est un conte pour enfants écrit par Hans Christian Andersen en juillet 1842,

Le vilain petit canard

Une cane couve ses œufs, mais à l'éclosion, l'un d'eux, le vilain petit canard, ne ressemble pas à ses frères et sœurs de couvée. Rejeté de tous, à cause de son physique différent, il est contraint de quitter sa « famille » et de partir, loin, pour ne plus subir leurs moqueries et leurs coups. Sur son chemin, ceux qu'il rencontre ne l'acceptent pas toujours non plus. Il rencontre d'abord des jars sauvages, qui l'acceptent sans problème, mais des chasseurs arrivent. Le vilain petit canard s'enfuit alors à nouveau. Puis, il arrive dans une cabane où habite une vieille femme qui le recueille en le confondant avec une cane. Mais la vieille femme accueille aussi une poule et un chat, qui méprisent le vilain petit canard. Alors, ce dernier quitte la cabane. Il arrive cette fois dans un lac, où il est piégé par la glace. Heureusement, un paysan délivre le caneton pour le donner à sa femme. Le caneton, effrayé, se sauve et passe tout l'hiver dehors. Un jour, cependant, ébloui par la beauté des cygnes, le vilain petit canard décide d'aller vers eux et réalise, en se mirant dans l'eau, qu'il n'est plus un vilain petit canard (et qu'il n'a, en fait, jamais été un canard), mais qu'il est devenu un magnifique cygne. Enfin il finit par se faire respecter et devient plus beau que jamais.

Le vilain petit canard
Le vilain petit canard

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Les crécelles

Publié le par Baldenberger

Les crécelleurs vont connaître leur quart d’heure de popularité à partir du Jeudi saint. Accompagnés du crépitement de leur instrument de sollicitation massive – la crécelle (Kläbberkaschte, en platt, Ratsche, en allemand) – leurs refrains remplaceront les sonneries des cloches des églises catholiques, les seules à “partir à Rome” jusqu’à Pâques.

Les crécelleurs vont connaître leur quart d’heure de popularité à partir du Jeudi saint. Accompagnés du crépitement de leur instrument de sollicitation massive – la crécelle (Kläbberkaschte, en platt, Ratsche, en allemand) – leurs refrains remplaceront les sonneries des cloches des églises catholiques, les seules à “partir à Rome” jusqu’à Pâques.

La tradition est liée à la croyance qui veut que les cloches partent à Rome durant la Semaine Sainte.

 

Lors de la Semaine Sainte, en signe de pénitence et de deuil, les cloches se taisent après le Gloria de la messe de la Sainte Cène jusqu'au matin de Pâques où elles carillonnent joyeusement la résurrection du Christ. Elles doivent alors être remplacées par les crécelles, que les enfants de choeur faisaient sonner dans les rues du village trois fois par jour pour marquer l'angélus du matin, le midi et l'angélus du soir.

Les crécellesLes crécelles
Les crécelles
Les crécelles

Autrefois, prêtées aux enfants de chœur ou, au milieu du XXe siècle, réservées aux communiants qui avaient l'honneur d'agiter les crécelles trois fois dans la journée aux heures habituelles de l'angélus, l’évolution des mœurs et la désaffection de la pratique religieuse, font que les groupes sont mixtes et comprennent les enfants et adultes qui acceptent de se lever très tôt, et qui sont animés par le souci du maintien du patrimoine et des traditions !

Après la messe du jour de Pâques, les crécelleurs, appelés aussi « bruants » ou « brouants » en patois vosgien, "ratscher" ou "raffler" en Alsace, effectueront leur dernière tournée de porte en porte pour recevoir le fruit de leurs efforts. Dans le sud-ouest vosgien, on appelle cette tournée « la roulée ». Il s'agissat de récolter des friandises ou plus souvent quelques pièces de monnaie dont le chef des crécelleurs faisait le partage entre tous. Souvent, une partie de l'argent est réservée à une œuvre charitable.

Mais jadis, l'argent étant rare, les crécelleurs recevaient des œufs, du beurre et de la farine ; ils se réunissaient alors chez l'un d'entre eux pour faire des crêpes. Ces produits pouvaient aussi être vendus au boulanger du village et l’argent réparti entre les enfants.

 

Les crécelles

Une tradition qui nous replonge pourtant dans l’Histoire. Même si le mot "crécelle" est d'origine incertaine, certains le rapprochent du latin « crepicella » ou de « crepitaculum ». Le dictionnaire la donne comme apparue au XIIe siècle.

Au XVIIIe siècle, Boileau le citait : « Prenons du Jeudi saint la bruyante crécelle ».

 

Il s'agit fort probablement au départ d'un jouet d'enfant fabriqué à la maison de manière artisanale.

 

 On l'utilisait au Moyen âge aussi afin d'avertir du passage de personnes infectieuses, atteintes de maladies redoutées comme la lèpre ou la peste. En Lorraine , des écrits nous rappellent qu'elle servait aux lépreux pour s'annoncer lorsqu'ils évoluaient dans un lieu public. Les magistrats messins autorisèrent les lépreux à quitter leurs bordes et à quêter dans les rues en s’annonçant au bruit de la crécelle.

La coutume d’utiliser la crécelle le Vendredi et le Samedi saints viendrait-elle de là ?

Les crécelles

Dans la tradition de l’Eglise catholique, les crécelles font aussi partie du mobilier liturgique de la sacristie : elles servaient notamment au moment de l’élévation à la messe du Jeudi Saint, à la place des clochettes que l’on agitait d’habitude. Le mécanisme se limitait à la résonance de heurtoir sur une planchette. (crécelle à mailloche)

Les crécellesLes crécelles

Selon les témoignages oraux, Wihr au Val (Haut-Rhin) était fidèle à la tradition ;

En 1989, dans le « cahier de Wihr au Val », il est relaté que "20 « rafflas » (dérivé de Ratsch : crécelle en alémanique) confectionnées par M Henri Schielé et M René Klein ont été offertes à la mairie."

Depuis, un groupe de citoyens continue à perpétuer la tradition.

Les crécelles

Partager cet article
Repost0

La bergère et le ramoneur

Publié le par Baldenberger

La Bergère et le Ramoneur est un conte de Hans Christian Andersen publié en 1845.

La Bergère et le Ramoneur est un conte de Hans Christian Andersen publié en 1845.

La bergère et le ramoneur

Deux figurines de porcelaine (une bergère et un ramoneur) sont éprises l'une de l'autre ; mais un vieux Chinois, lui aussi de porcelaine, affirme être le grand-père de la bergère et veut marier celle-ci à un satyre surnommé le « sergent major général commandant aux pieds de bouc ». Les deux amoureux décident donc de quitter la maison où ils vivent.

Le Chinois de porcelaine se brise en essayant de les rattraper, mais la bergère, qui a peur du monde extérieur, convaint le ramoneur de faire demi-tour. Ils réparent le Chinois de porcelaine, mais l'attache qui le maintient l'empêche de redonner son accord au mariage ; le satyre en abandonne l'idée et les deux amoureux peuvent continuer à vivre ensemble.

erreur du générique : c'est un conte d'Andersen, pas de Grimm

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

Lapin ou lièvre de Pâques

Publié le par Baldenberger

Chaque année, le lapin de Pâques investit nos maisons et nos jardins, pour y cacher les fameux œufs de Pâques.

Chaque année, le lapin de Pâques investit nos maisons et nos jardins, pour y cacher les fameux œufs de Pâques.

Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques

C'est en Allemagne qu'on associa pour la première fois le lapin de Pâques avec les oeufs de Pâques pour célébrer le printemps. Les enfants fabriquaient des nids de feuilles, de mousse ou d'herbe et les plaçaient dans le jardin. Ils croyaient que durant la nuit de Pâques, le lapin remplirait les nids d'oeufs multicolores.

Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques

Dans la culture occidentale, le lapin de Pâques est celui qui apporte les œufs en cadeau pour célébrer le renouveau de la vie

 

L’apparition du mythe du Osterhass, le lièvre ou lapin de Pâques, semble remonter au XVème siècle. La tradition voulait que l’on s’échange des oeufs pour Pâques, symboles assez évidents de fertilité et de vie, alors que le printemps était sur le point de commencer.

Lapin ou lièvre de Pâques

Le lapin (ou le lièvre), de son côté, a toujours été un symbole d'amour et de fertilité, surtout à cause du grand nombre de petits auxquels une maman-lapin peut donner naissance. Pour les anciens Grecs, déjà, offrir un lièvre comme cadeau était une manière de déclarer ses sentiments à quelqu'un

Lapin ou lièvre de Pâques

Par la suite, en tant que symbole de fertilité et donc de vie, il a assez naturellement été associé par les chrétiens à la fête de Pâques, au point qu'on est venu à imaginer que c'était un lapin qui distribuait les oeufs symboles de la résurrection de Jésus.

Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Lapin ou lièvre de Pâques
Partager cet article
Repost0

Kinky et Cosy

Publié le par Baldenberger

Publié dans Littérature, patrimoine

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>