Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Erich BUCHHOLZ

Publié le par Baldenberger

Partager cet article
Repost0

La figue

Publié le par Baldenberger

Publié dans herbier philatélique

Partager cet article
Repost0

Les chats

Publié le par Baldenberger

Les chats
Les chats
Les chats
Les chatsLes chats
Les chatsLes chats
Les chats
Les chats
Les chatsLes chatsLes chats
Les chatsLes chatsLes chats
Les chatsLes chatsLes chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chatsLes chatsLes chats
Les chatsLes chatsLes chats
Les chats
Les chatsLes chats
Les chatsLes chats
Les chatsLes chats
Les chats
Les chats
Les chatsLes chats
Les chatsLes chats
Les chats
Les chats
Les chatsLes chats
Les chats
Les chatsLes chats
Les chats
Les chats
Les chatsLes chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chatsLes chats
Les chatsLes chats
Les chatsLes chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Alice au pays des merveilles Chat du Chesihre

Alice au pays des merveilles Chat du Chesihre

Les chats
Les chats
Les chats
Les chats
Le chat bottéLe chat bottéLe chat botté

Le chat botté

Les chats
Les chats

Publié dans Bestiaire

Partager cet article
Repost0

Le Carnaval de VENISE

Publié le par Baldenberger

Le Carnaval de VENISE
Le Carnaval de VENISELe Carnaval de VENISE

Le premier doge à autoriser le carnaval fut Vitale Falier, en 1094.


Le carnaval de Venise débutait par un bal et se poursuivait par de petites fêtes locales sur les campi : théâtre, concerts ou jeux.


Les vénitiens, de toutes conditions sociales, enfilaient alors le TABARRO (une longue cape noire) et dissimulaient leur identité derrière la BAUTA (un masque blanc) et sous un tricorne.


Tous devenaient alors égaux et tout était permis à tous.

Bientôt, les « déguisements » devinrent plus évolués, en puisant leur inspiration dans les costumes que l’on connaissait alors, ceux de la Comedia dell’Arte. La ville toute entière se transformait, chantait, dansait. Venise était la ville de la séduction et du plaisir de vivre.


Mais certaines pratiques furent contestables. Les jeunes, déguisés en clown dans leur costume de MATTACINO, lançaient des oeufs emplis d’eau de rose sur les belles passantes. Quant à celles jugées moins séduisantes, elles recevaient des oeufs … pourris.

En 1268, un décret interdit aux hommes masqués de s’adonner à ce jeu. On comprend bien que le gouvernement, ayant interdit en vain cette pratique, finit par protéger le passage des femmes par des filets.

Au 16e siècle, contrôlé par les autorités, le carnaval de Venise officialisa certaines coutumes, comme le port du masque, les divertissements sur les petites places.
Beaucoup de jeux particulièrement cruels, et heureusement disparus, se déroulaient alors au détriment d’animaux.

Le 18e siècle connut l’apogée du carnaval de Venise.

A certaines occasions, de plus en plus nombreuses, certains vénitiens prirent l’habitude de porter un masque. Cela pouvait donner l’impression d’un carnaval qui durait … 6 mois. Mais il s’agissait simplement de porter un masque et non d’une fête.

Rien à voir avec le carnaval.


En 1797, sous la domination de Napoléon, le Carnaval de Venise fut interdit.
Les Autrichiens finirent par réhabiliter la fête. Mais le Carnaval ne connut plus le même enthousiasme populaire.

C’est vers la fin des années 1970, que quelques adolescents renouèrent avec la tradition -certes contestable- des oeufs pourris. Ils lançaient aussi de la farine et faisaient la fête sur les campi. Le nouveau Carnaval de Venise était né. Le raffinement des costumes et l’élégance des déambulations des costumes ont pris le dessus sur ces jeux ; de nombreuses fêtes se déroulent dans des lieux plus fermés tels que les palais et riches demeures vénitiennes.


Le carnaval dure aujourd’hui les 10 jours précédant le mercredi des Cendres.


Malgré l’enjeu économique, qui aurait pu ternir cette fête extraordinaire, le carnaval de Venise attire encore les visiteurs du monde entier. Dans Venise, tout est loué et réservé longtemps à l’avance. Les prix s’envolent. Les rues et les ruelles sont saturées de promeneurs. Quelques embouteillages piétonniers devant les vaporetti, sur les ponts ou dans les étroites ruelles.


De nos jours, les costumes (traditionnels ou originaux) sont laissés à la libre appréciation de chacun. Ils ne sont pas obligatoires, bien sûr, mais participent de l’esprit de carnaval de Venise.

 

MAIS ATTENTION : On ne se déguise pas au Carnaval de Venise. On se costume.

Rien de trivial, rien de grossier. C’est le Carnaval de l’élégance et du raffinement

Le Carnaval de VENISE
Le Carnaval de VENISE
Le Carnaval de VENISE
Le Carnaval de VENISE
Le Carnaval de VENISE
Le Carnaval de VENISE

Publié dans Carnavals

Partager cet article
Repost0

Le cor des Alpes

Publié le par Baldenberger

Publié dans instruments de musique

Partager cet article
Repost0

L'épicéa

Publié le par Baldenberger

Publié dans herbier philatélique

Partager cet article
Repost0

Le sapin

Publié le par Baldenberger

S comme SAPIN
Le sapinLe sapin

sapin blanc, sapin pectiné ou sapin commun (abies alba)

Le sapin
Epicéa commun ou picea abies ou picea excelsa

Epicéa commun ou picea abies ou picea excelsa

Le sapin
Le sapin
Le sapin
Le sapin
Le sapin

Sapin de céphalonie (abies cephalonica)

Le sapin
Le sapin
Le sapinLe sapin
Le sapin

Sapin d'espagne (abies pinsapo)

Le sapin
Le sapin
Le sapin
Le sapinLe sapin
Le sapin

Sapin douglas

Le sapin
Le sapin

Publié dans herbier philatélique

Partager cet article
Repost0

Le carnaval de RIO

Publié le par Baldenberger

Le carnaval de RIO
Le carnaval de RIO
Le carnaval de RIO
Le carnaval de RIO
Le carnaval de RIO

Le Carnaval de Rio, le plus connu et le plus riche du Brésil, attire tous les ans des milliers des touristes nationaux et étrangers.


La particularité du Carnaval de Rio se trouve dans son organisation gigantesque. Les écoles de Samba se préparent pendant toute une année afin de participer au défilé sur l'avenue Marquês de Sapucai (le Sambodromo). Cette avenue, connue comme la passerelle du rêve, est amménagée pour recevoir les spectateurs, majoritairement des touristes, des personnalités et des artistes brésiliens.

Auparavant, pendant plus de 30 ans, les défilés des écoles de sambas étaient organisés de façon très spontanée. Ce n'est qu'à partir de 1963 qu'on a commencé à vendre des entrées pour assister aux défilés. C'est une fête de luxe qui n'est pas accessible facilement à tout le monde, même aux participants. Certains économisent toute une année pour pouvoir payer leurs costumes afin de défiler dans une école de samba.

 

Le défilé est un concours entre les différentes écoles de samba, celles-ci cherchent par conséquent à perfectionner au maximum leurs présentations. Pour préparer le défilé annuel, l'école choisit un thème et organise sa présentation en fonction de ce thème : le choix de la samba-enredo (chanson), des costumes et des chars dépendent du thème de chaque école.

Une autre particularité du Carnaval des écoles de samba est l'existence des "suporters". L'appartenance à une école de samba pourrait être comparée à l'appartenance à une équipe de football. D'ailleurs, chaque école possède son propre drapeau et ses couleurs : on s'entraîne toute l'année, on chante les "enredos" ensemble aux rythmes de la samba et on vise la victoire de son école au « sambodromo »

Publié dans Carnavals

Partager cet article
Repost0

Carnaval de SCIACCA

Publié le par Baldenberger

Carnaval de SCIACCA

Les origines du Carnaval remontent au début du XXème siècle.


Pour SCIACCA, le Carnaval, représente  aujourd’hui un moment d’implication totale de toute la ville, qui se prépare à cet évènement plusieurs mois à l’avance.


Le climat de fête et la grande participation de public sont les caractéristiques principales de la fête, qui commence par la construction de chars allégoriques, réalisés par des constructeurs qui, depuis cent ans, se transmettent l’art du travail du papier mâché.


Le Carnaval commence le jeudi gras avec la remise symbolique des clés de la ville au roi du Carnaval : Peppi Nappa. La population, la joie, les masques, les musiques s’emparent de la ville.

Le clou de la kermesse est le défilé des chars allégoriques, qui commence le samedi et qui dure jusqu’au mardi.
Les chars défilent dans les rues du centre historique, ils égaient la fête avec leurs chansons et leurs musiques, composées exprès chaque année.


Les groupes masqués avec leurs chorégraphies donnent envie de danser à tous les participants.


Tout prend fin la nuit du mardi gras quand le char de Peppi Nappa est brûlé.

 

Carnaval de SCIACCA
Carnaval de SCIACCA

Publié dans Carnavals

Partager cet article
Repost0

Robert INDIANA

Publié le par Baldenberger

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 > >>